Bonjour à toi qui t’apprête à lire ce texte. Je suppose que si tu es sur cette page c’est pour en savoir un peu plus sur celui qui se « cache » derrière les articles de ce blog.
Si tu es pressé et que tu n’as pas besoin de beaucoup d’infos voici la version courte

  • Identité: Vincent Chaigneau
  • Age: 35 ans (je suis né en 1981)
  • Famille: Une femme (Caro), un petit garçon (Martin) et bientôt une petite fille (suspens !!!).
  • Lieu de résidence: Tiercé (49)
  • Passions: Le sport en général surtout quand c’est fun et à sensation, les nouvelles technologies, le développement personnel.

Mini biographie

Pour ceux qui veulent en apprendre un peu plus voici de quoi me connaitre un peu mieux. Comme je l’ai noté ci-dessus je m’appelle Vincent Chaigneau (ce sont mes vrais nom et prénom) et on me retrouve parfois sur la toile sous le pseudo de Freetux.
Je suis né à Bayonne en septembre 1981, mais dès le mois d’Août 1982 mes parents se sont installé sur l’île de la Réunion (dans l’Océan Indien). J’ai passé toute mon enfance et mon adolescence (jusqu’à mes 18 ans) sur cette île que je n’ai pas peur de qualifier de petit paradis.
En 2000 je quitte l’île de la Réunion et je m’installe en Touraine ou je rencontre beaucoup d’amis mais surtout celle qui deviendra ma femme. En effet je suis marié avec Caroline depuis Septembre 2010 et nous sommes ensemble depuis 2002. Ensemble nous avons eu un petit bonhomme qui est né en 2013 qui nous comble de joie et bientôt une petite fille (Avril 2017).
Niveau professionnel après avoir fait des études de diététicien j’ai travaillé pendant près de 2 ans dans des labos pharmaceutiques avant de reprendre mes études pour obtenir un diplôme de Marketing appliqué aux nouvelles technologies. A la suite de cette formation j’ai occupé des postes de chef de projet en agence de marketing interactif, de responsable marketing dans une startup avant de me lancer et de créer avec mon meilleur ami une agence de stratégie digitale spécialisée dans l’accompagnement des entreprises du Made In France: Owl Marketing.

Parcours sportif

Aussi loin que je me souvienne j’ai toujours fait du sport (sauf durant ma période étudiante mais je vais y revenir un peu plus loin).
J’ai commencé dès la classe de CP en faisant de la gymnastique. Nous avions la chance d’avoir un prof de sport (dont je ne me souviens plus le nom, je m’excuse auprès de lui) qui était très porté sur cette discipline et il proposait aux enfants qui le souhaitaient de faire des cours de gym au sol après l’école. J’ai donc commencé à pratiquer de manière hebdomadaire.

La Gymnastique comme base de construction musculaire

Très rapidement ce prof a détecté quelques aptitudes et m’a conseillé de m’inscrire dans un club de Gymnastique de la FFG afin de pouvoir découvrir les autres agrès (barre fixe, barre parallèles, anneaux, cheval d’arçon…) ce que j’ai fait avec plaisir. J’ai découvert à ce moment là ce qu’était la pratique d’un sport en club et surtout mes premières compétitions. J’ai pratiqué la gym de manière soutenu au départ, puis de manière intense pour enfin avoir une pratique quasi quotidienne en même temps que le niveau des compétitions augmentait.
J’ai fini par arrêter la gym l’année de mon premier championnat de France car je ne prenait plus de plaisir devant la trop grande exigence des instructeurs.
Sur le moment je suis parti dégouté de ce sport car la pression et les entrainements trop appuyés avaient eu raison de mon jeune âge. Si je reste aujourd’hui persuadé que les méthodes n’étaient pas les bonnes (trop peu de récompenses face aux souffrances obligés par le niveau), je suis convaincu que ma bonne condition physique me vient de cette formation complète que permet la gymnastique.

Le trampoline pour développer l’équilibre et le goût du risque

C’est à peu près au même moment que j’ai découvert le Trampoline. Une discipline assez confidentielle à l’époque et qui avait un état d’esprit vraiment orienté vers le fun.
C’est mon ami d’enfance Christophe (on se connait depuis le CP) qui m’a fait découvrir ce sport, que nous avons pratiqué ensemble pendant plusieurs années. Les compétitions, les démonstrations et autres galas se sont enchainés. Durant toutes ces années de pratiques je n’ai eu a déploré qu’une petite fracture du scaphoïde (essentiellement dut à une connerie que nous avions fait alors que l’entraineur avait le dos tourné). C’est à cette période que je commence à multiplier les sports.

Beaucoup de sports loisirs pour découvrir de nouvelles sensations

Durant mes dernières années de Trampoline (avant l’entrée au lycée) je commence à pratiquer plusieurs sports notamment le canyonning que je découvre avec mon oncle et mon père et qui devient très rapidement une pratique familiale régulière. Nous sortons presque 1 week-end sur 3 souvent sur une journée et de plus en plus sur 2 ou 3 jours. J’ai eu l’occasion de faire la quasi totalité des canyon de l’île de la Réunion (en tout cas ceux ouvert au moment ou j’y étais) et surtout j’ai eu la chance de faire 2 fois le trou de fer (considéré comme le canyon le plus engagé au monde) dont la première fois à 12 ans.
En parallèle je fais du bodyboard, que nous pratiquons le samedi ou dimanche matin avec un autre copain d’enfance Olivier et le beach volley que nous réservons pour nos dimanche après-midi. Un rituel que nous avons vraiment beaucoup pratiqué durant nos années lycées.
Les jours de mer calme nous avions pris l’habitude de remplace nos heures de glisse aquatique par d’autres sports plus urbain plusieurs années de skate à se déchirer les tibias, puis quelques années de roller. Nous complétions les journées ou nous n’avions pas suffisamment dépensé d’énergie avec quelques sessions d’escalade.

La canne de combat: Une révélation

Durant mon année de 3ème mon oncle me fait découvrir la canne de combat et ce fut une révélation. Très rapidement je décide d’arrêter le trampoline et je me consacre à ce sport encore naissant à la Réunion et très peu connu en France (encore aujourd’hui).
J’entraine avec moi Olivier avec qui je passais déjà pas mal de temps que ce soit dans l’eau ou sur le bitume. Et ensemble nous commençons à nous investir dans ce sport, avec très rapidement les premiers stages nationaux en métropole, les coupes de France, les championnats de France jusqu’au 1er championnat du monde en 2008.

Les années étudiantes fatales pour le sport

Mais voilà entre temps j’ai grandi, j’ai obtenu mon bac et je me suis installé à Tours (37) pour suivre des études de biologie puis de diététique. Et il faut bien l’avouer, entre le fait qu’il n’y ait pas de club de canne de combat en Touraine, que je découvre pour la première fois de ma vie ce que c’est que l’automne et l’hiver et que je rencontre une bonne bande de potes avec qui faire la fête était une occupation quasi quotidienne, ces 3 facteurs ont eu raison de ma condition physique. J’ai pendant près de 4 ans plus pratiqué de sport en compétition (suite à une blessure résultat de mon manque d’entrainement) et plus pratiqué de sport régulièrement même en loisir.
Avec l’entrée dans la vie active ça ne s’est pas arrangé malgré quelques tentatives notamment avec l’escrime, puis l’ultimate Frisbee.

Le retour au sport par le running

J’ai finalement repris le sport devant le constat de la dégradation de ma condition physique et surtout de l’augmentation de mon poids que je ne souhaitais pas voir devenir un problème.
J’ai donc décidé de reprendre une activité physique mais la question était de savoir que faire ?

Depuis mon plus jeune âge j’ai toujours refusé de courir, c’était un principe, presque un dogme… Mais devant le peu de choix qui se proposaient à moi je me suis dis que peut-être fallait-il que je tente l’expérience.
Ce qui m’a particulièrement aidé c’est la technologie. En effet j’ai commencé à courir avec un podomètre Nike+ et mon ipod. Si les premières courses furent épouvantables, très rapidement j’ai pris du plaisir à courir d’une part mais surtout à être encouragé par d’autres coureurs qui étaient en contact avec moi sur Facebook.
Dans la foulée (sans mauvais jeu de mot) j’ai eu l’opportunité de créer un club de canne de combat et la motivation aidant j’ai rapidement mis sur pied un petit groupe de cannistes avec qui nous nous entrainions deux fois par semaine.

Mais voilà la vie n’est pas toujours linéaire et j’ai du déménagé de la Touraine en 2014 pour m’installer en Anjou (près d’Angers) et si je continu à suivre et m’investir dans la vie du club à distance il me faut aujourd’hui à nouveau retrouver un équilibre dans ma pratique sportive. C’est pourquoi j’ai décidé de me remettre à courir plus régulièrement (et notamment sur des courses à obstacles) et que je commence à m’intéresser au renforcement musculaire notamment au travers du programme de workout Fysiki.

Sur ce blog j’ai envie de partager avec vous les différents sports que je pratique et découvre ainsi que quelques conseils issus de ce que je peux tester au quotidien pour essayer d’avoir une vie toujours plus équilibrée entre ma vie personnelle, ma vie familiale et ma vie professionnelle.